Autels Basilique

SAINT JOSEPH

L’autel dédié à Saint Joseph, très grand et très beau, a la caractéristique d’être le seul autel du Sanctuaire de Marie Auxiliatrice de Turin-Valdocco, qui soit resté tel que l’avait voulu Don Bosco, même après les travaux d’agrandissement de la Basilique faits de 1934 à 1938.
Le tableau central a été exécuté par le peintre Lorenzone (le même que le grand tableau de l’autel principal) qui a travaillé sur des indication précises de Don Bosco.
Saint Joseph est représenté avec dans ses bras Jésus Enfant. A côté de lui, dans une attitude douce et maternelle d’approbation, Marie, les mains jointes. Un détail important: Jésus Enfant offre à Saint Joseph des roses et le Saint les fait tomber sur l’église de Marie Auxiliatrice et sur l’Oratoire de Turin-Valdocco, qui apparaît tel qu’il était en 1869.
Le jour de l’inauguration, en commentant le tableau, Don, Bosco avait dit:

” Les roses blanches et rouges sont des grâces que Dieu nous offre. Et même, les roses rouges, accompagnées des douleurs, des souffrances et des sacrifices proviennent de Dieu. Et elles sont les meilleures. “

SAINT JEAN BOSCO

Don Bosco est rappelé dans l’église érigée par lui en l’honneur de Marie Auxiliatrice, par un autel, oeuvre de l’architecte Mario Ceradini. C’est un véritable monument, grâce à la splendeur artistique de ses lignes et à l’harmonie des marbres.
La balustrade et les marches de l’autel sont en marbre jaune de Sienne. Sur les côtés, deux statues de Nori supportent, l’une un calice avec Hostie, l’autre un cœur flamboyant, symboles de la Foi et de la Charité. Quatre colonnes en jaspe rouge de Garessio encadrent les tableaux, œuvres du peintre P.G. Crida, représentant Don Bosco, entouré d’un groupe de jeunes, qu’il invite à regarder Marie avec confiance.
Les vitraux sur la paroi du fond rappellent des scènes importantes de la vie de Don Bosco. Celui de gauche se réfère à l’arrivée de Don Bosco et de Maman Marguerite, à la Maison Pinardi (3 novembre 1846). La châsse de bronze renferme le corps de Don Bosco. Les ornements qui recouvrent le Saint ont été donnés par le Pape Benoît XV. C’est l’un des points les plus remarquables de la Basilique de Marie Auxiliatrice. Les pèlerins ou les simples fidèles sont très nombreux à s’arrêter pour réfléchir ou prier en silence devant la châsse de Don Bosco: des familles qui confient leur propre fils au grand Saint de la jeunesse, des élèves des écoles salésiennes, des jeunes et moins jeunes visiteurs qui confient à leur Saint patron leur présent et leur avenir.

 S. MARIE D. MAZZARELLO

A droite, près de l’entrée principale, il y a aujourd’hui la chapelle de S. Marie-Dominique MAZZARELLO (1837-1881), cofondatrice avec Don Bosco, des Filles de Marie Auxiliatrice (FMA, appelées aussi Soeurs Salésiennes).
Marie-Dominique était une femme extraordinaire, intelligente, douée de bon sens, de créativité. D’une aptitude profonde à la piété, elle vivait toujours en présence de Dieu, engagée à aider ses propres camarades. En 1864, elle a rencontré Don Bosco qui, d’un œil prophétique, a vu en cette jeune, sa première Fille de Marie Auxiliatrice, pour prolonger ainsi son travail d’éducation auprès des filles. Marie-Dominique est devenue religieuse pour servir, comme Don Bosco et avec lui, Dieu et son Eglise, dans la société de son temps, toujours attentive aux besoins des filles, surtout des plus pauvres.
Le Pape Jean-Paul II, à l’occasion de sa visite à Turin-Valdocco, le 13 décembre 1980, s’adressant aux religieuses dans la Basilique de Marie Auxiliatrice a dit d’elle:
” Sainte Marie-Dominique MAZZARELLO … parlait des choses qui concernaient les vertus d’une manière si claire et si persuasive qu’elle semblait inspirée par l’Esprit-Saint. Elle a vécu sa donation à Dieu, dans l’humilité, la mortification, et la sérénité, en réalisant sa maternité d’amour pour des milliers de filles “.
Marie-Dominique est morte à Nizza-Monferrato le 14 mai 1881. Son corps a été transporté à Turin-Valdocco en 1938 et déposé dans la châsse de bronze, sous l’autel préparé pour sa béatification. L’image de la Sainte dans le tableau central et les autres sont du peintre Crida.

S. DOMINIQUE SAVIO

Cette chapelle, autrefois dédiée à Saint François de Sales, l’est aujourd’hui à Saint Dominique Savio, le jeune de 15 ans, Saint, élève de Don Bosco. Dominique n’est resté avec lui que trois ans. Il a montré une grande application dans ses études et une grande bonté d’âme. Sa devise était :

 ” LA MORT, MAIS PAS LE PECHE “

 Il disait aussi :  ” Dominique, ça veut dire “du Seigneur”. Donc, je dois et je veux être tout du Seigneur et je désire me faire saint, et je serais malheureux si je ne l’étais pas “.

Le secret de la sainteté (mûrie à l’école de Don Bosco) était simple :
* un grand amour de Jésus dans l’Eucharistie,
* une grande dévotion à la Vierge,
* un engagement concret pour aider ses camarades à devenir meilleurs
* et … une grande joie véritable et contagieuse qui le rendait sympathique à tout le monde. Sainteté et joie sont le style de sa sainteté. Il disait souvent: ” Notre sainteté doit être toujours joyeuse, parce que nous sommes avec le Seigneur.Dominique est mort en 1857, à l’âge de 15 ans. Il a été proclamé Saint le 12 juin 1954. C’est le plus jeune parmi les Saints non martyrs, vénérés dans l’Eglise. Le tableau du peintre Mario Caffaro Rore représente Dominique qui sort de l’Oratoire de Don Bosco, pour aller à la rencontre de ses amis, des petits et des grands. La châsse, sous l’autel, contient les reliques du jeune Saint.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *