La Chapelle Pinardi

DANS LA COUR PRES DE LA BASILIQUE

Le 15 mars 1846, deuxième dimanche de Carême, Don Bosco avec 300 jeunes de son patronage avait été licencié par les frères Filippi. Il se trouvait dans leur pré (là-bas au sud-est, à 300 mètres d’ici). Il regardait ses jeunes, et il ne savait pas où leur donner rendez-vous pour le dimanche suivant : tout le monde l’avait chassé.

” Le soir de ce jour-là – a-t-il écritje contemplais la multitude des jeunes qui jouaient. J’étais seul, épuisé, malade. Je me retirai à l’écart, je me mis à marcher seul et je n’arrivais pas à retenir mes larmes:  ” Mon Dieu, dites-moi ce que je dois faire ! ” A ce moment-là arriva non pas un archange, mais un petit homme balbutiant, Pancrace SOAVE. Il me demanda : – Est-il vrai que vous cherchez un lieu pour faire un laboratoire ? – Non, je veux faire un Oratoire . – Je ne sais pas quelle différence il y a. Quoiqu’il en soit, ce lieu existe. Il appartient à Monsieur Pinardi. Venez le voir. “Don Bosco parcourut en diagonale ces 300 mètres (du sud-est au nord-ouest par la rue qui alors s’appelait ” Via della Giardiniera “) et il se trouva devant une masure avec un rez-de-chaussée et un étage. Pinardi montra un hangar-baraque derrière la maison.

La voilà encore aujourd’hui blottie dans le fond des bâtiments: sombre, petite souche à partir de laquelle s’est développée toue l’Oeuvre de Don Bosco.

Aujourd’hui on a écrit ” Chapelle Pinardi “, mais autrefois il y avait une seule grande pièce qui servait aux lavandières de la ville comme dépôt de linge à laver, qu’elles étendaient ensuite sur les prés, comme de grands festons blancs.
Dans l’image , on voit la maison Pinardi dans une fresque du peintre Crida. Elle deviendra le centre de toute l’Oeuvre salésienne dans le monde. Monsieur Pinardi fit entrer Don Bosco sous le hangar par une autre porte (fermée maintenant par la grande plaque-pierre tombale du fond). Il dit : ” C’est ce qu’il vous faut pour votre atelier “. Et Don Bosco : – Mais moi je veux faire un Oratoire, c’est-à-dire une petite église dans laquelle je puisse envoyer mes jeunes pour prier “. Pendant ce temps, on regardait autour : ça n’était qu’un pauvre hangar, bas, appuyé sur le côté nord de la maison Pinardi.
Un muret tout autour le transformait en une espèce de baraque ou de grande pièce. Il mesurait 15 mètres sur 6.  Don Bosco dit : ” Trop bas !… Ca ne va pas ! ” Mais Pinardi : ” Je ferai abaisser le sol de 50 cm. Je ferai un plancher de bois, je mettrai des portes et des fenêtres. Avoir une église est une chose à laquelle je tiens. ” Don Bosco paya 300 lires pour un an : pour la pièce-hangar et la bande de terre autour où faire jouer ses jeunes. Il retourna rapidement vers ses jeunes et s’écria : 
” Soyons heureux ! Nous avons trouvé l’Oratoire ! A Pâques nous y serons : c’est là, dans la maison de Monsieur Pinardi! “

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *