Histoire

Le 12 avril était le Dimanche de Pâques. Toutes les cloches de la ville sonnaient la Fête. Au hangar il n’y avait pas de cloche, mais il y avait le cœur de Don Bosco qui appelait tous ces jeunes qui arrivaient par centaines. Ici, sur le côté, on peut voir l’intérieur de la chapelle Pinardi comme elle est aujourd ‘hui. Elle est dédiée au Christ qui ressuscite, pour rappeler à tous ce Dimanche de Pâques de 1846, où Don Bosco et ses jeunes y entrèrent pour la première fois. Pour Don Bosco cette petite construction devenait le premier point de référence stable de toute son Œuvre.

C’EST ARRIVE DANS LA CHAPELLE PINARDI

Autour et à l’intérieur de cette chapelle se sont passées tant de choses que les Salésiens considèrent comme le trésor de leur mémoire. 1846, premier Dimanche de juillet, appuyé au mur de la chapelle, tandis qu’il enseignait à un jeune garçon à faire les opérations d’arithmétique, Don Bosco se sentit mal : fièvre élevée, vertiges. On dut l’accompagner jusqu’à la chambre que la Marquise de Barolo lui prêtait, rue Cottolengo. On comprit de suite qu’il s’agissait de quelque chose de grave : un minimum d’effort lui provoquait des crachements de sang. Les poumons étaient très sérieusement touchés, et très vite il fut sur le point de mourir. La triste nouvelle se répandit très vite chez les jeunes: ” Don Bosco se meurt ! “.
Dans la chambre où Don Bosco agonisait, arrivaient des groupes de jeunes effrayés. Ils avaient encore les vêtements salis par le travail, le visage blanc de chaux. Ils pleuraient. Ils priaient.Pendant 8 jours Don Bosco resta entre la vie et la mort. Des jeunes, pendant ces 8 jours, sous le soleil ardent, ne burent pas d’eau, pour obtenir la grâce du Ciel. Dans le Sanctuaire de la Consolata, pas très loin de là, les petits maçons se relayèrent jour et nuit. Il y avait toujours quelqu’un d’agenouillé devant la Vierge, même si les yeux se fermaient de sommeil. Ils étaient la raison pour laquelle Don Bosco ne devait pas mourir.
Et ” la grâce ” arriva, comme un don de le Vierge Marie.
Le Dimanche de la fin juillet, s’appuyant sur un bâton à cause de sa grande faiblesse (il avait 31 ans), Don Bosco fit le bout de chemin qui le séparait de son Oratoire. Les jeunes coururent à sa rencontre, l’obligèrent à s’asseoir sur une chaise, et ils le portèrent en triomphe jusqu’à la chapelle. Ils chantaient et pleuraient, les petits amis de Don Bosco, et lui aussi pleurait. Dans le silence de la chapelle, après avoir remercié le Seigneur, Don Bosco leur dit :

” Ma vie, c’est à vous que je la dois.
Mais soyez-en certains: à partir de ce moment, je la consacrerai toute à vous”.

Il partit pour quelque mois en convalescence aux Becchi. Il revint- le 3 novembre, non plus seul, mais accompagné de sa mère Marguerite. Ils s’installèrent dans les trois pièces du premier étage, que ces mois-là, Don BOREL avait louées pour eux. Sortant de la chapelle Pinardi, on effleure du bras droit la minuscule sacristie. C’est le local très étroit dans lequel en 1853, Don Bosco avait placé le premier atelier des cordonniers : deux tables et quatre petites chaises. On ne pouvait rien y mettre de plus (Don Bosco n’a jamais attendu d’avoir les ” locaux adaptés “ pour commencer quelque chose. Il attendrait encore maintenant ! Don Bosco s’est assis à la table et a martelé une semelle, devant les quatre garçons. Le cordonnier improvisé a dit ensuite à ses jeunes: ” Maintenant à vous d’essayer “.
Nous pouvons dire que c’est de cette façon que commençait l’aventure des centaines et des centaines:
* d’Ecoles Techniques,   * de Centres d’Apprentissage professionnel   * et des Centres de Formation professionnelle que Don Bosco et ses Fils et Filles, Salésiens et Filles de Marie Auxiliatrice, construiraient par la suite, avec l’aide de tant de bienfaiteurs, dans toutes les parties du monde. Ces milliers de jeunes, garçons et filles, ont appris et apprennent encore aujourd’hui (comme le recommandait Don Bosco lui-même) à devenir

d’honnêtes citoyens et de bons chrétiens “.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *