Histoire

1860 – Le 22 octobre de cette année-là, à la première porte à gauche de cette église, s’est produit un évènement extraordinaire.
Francesco DALMAZZO était arrivé au Valdocco à l’âge de 15 ans. Il avait une grande volonté, mais une santé fragile. Il dit à Don, Bosco : Moi je vous aime bien, mais si je reste ici, je vais tomber malade. Si vous permettez, j’écris à ma mère de venir me chercher “. Ce qu’il fit. Mais le matin où il devait partir, il voulut encore se confesser à Don Bosco. Pendant qu’il attendait derrière l’autel, puis pendant qu’il se confessait, et pendant sa prière de remerciement, il vit par trois fois les garçons chargés du pain venir dire à Don Bosco qu’il n’y avait plus de pain pour le petit déjeuner. Don Bosco, d’abord, les envoya chez le boulanger Magra. Il apprit ensuite que le boulanger ne voulait plus faire crédit.
Il dit alors de rassembler tout le pain qu’il y avait à l’Oratoire, et qu’il viendrait lui-même le distribuer à la porte. François comprit que peut-être quelque chose d’extraordinaire était en train de se passer. Sortant le premier, il fit signe à sa mère qui l’attendait avec sa valise, d’avoir encore un peu de patience.
” Lorsque Don Bosco arriva – c’est son témoignage sur serment – je pris un morceau en premier, je regardai dans le panier et je vis qu’il en contenait de 15 à 20 morceaux. Puis je me plaçai juste derrière Don Bosco sans me faire voir, sur la marche, les yeux grands ouverts. Don Bosco commença le distribution. Les jeunes défilaient devant lui, heureux de recevoir le pain de sa main, et ils lui baisaient la main, tandis qu’il disait à chacun un mot, et leur faisait un sourire. Tous les élèves, environ 400, reçurent leur pain. Une fois le distribution terminée, je voulus regarder de nouveau dans la corbeille à pain : il y avait la même quantité de morceaux qu’au début. Je restais stupéfait. Je courus de suite vers ma mère et je lui dis : ” Je ne viens plus à la maison . Ici on mange peu, mais Don Bosco est un saint “.
C’est la seule raison qui m’a poussé à rester à l’Oratoire et à me faire Salésien. (MB 6,777). François DALMAZZO est devenu prêtre. Il a été directeur 8 ans à Torino-Valsalice, et il a été le premier Procurateur général de la Congrégation Salésienne auprès du Saint-Siège.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *